Comment j’ai passé près de 48h dans un bus

Je commence cette rubrique « Les aventures de Miss Catastrophe » avec mon premier voyage à Barcelone. Alors oui je remonte loin pour cette première, 7 ans en arrière lors d’un voyage scolaire organisé par le lycée.

[Veuillez m’excuser d’avance pour les photos qui remontent à un certain temps !]

L’histoire commence donc en mars 2010, nous partons tard le soir de Dijon en car pour un voyage scolaire d’une semaine à Barcelone. Nous nous apprêtons donc à faire un trajet 10h de bus pour arriver à destination. Enfin 10h c’était l’idéal. Car tout ne s’est pas passé comme prévu…

En effet, si vous viviez dans le sud en mars 2010 vous vous souviendriez peut-être qu’à cette période, le sud de la France et bien sûr l’Espagne furent recouvert d’un joli manteau blanc.

Donc nous roulons toute la nuit jusqu’à une aire d’autoroute vers Perpignan. Là le chauffeur de bus nous annonce que nous sommes bloqués ici car les routes sont enneigées en Espagne et ils n’ont pas le matériel pour déneiger. D’accord, nous sortons du bus avec de la neige jusqu’aux genoux et allons nous promener dans l’aire d’autoroute. Les heures passent et les aller-retour bus / aire de repos commencent à nous ennuyer. On tente chacun notre tour d’aller recharger nos téléphones aux quelques prises de l’aire de repos pour donner des nouvelles à nos parents. Le bus toujours bloqué sur le parking enneigé, nous passons le temps entre manger les gâteaux que l’on avait dans nos sacs, raconter des blagues, essayer de dormir dans le bus et faire des jeux. Heureusement qu’avec ma bande de copains on s’amusait bien ! Le temps passe et les profs nous achètent des sandwichs de l’air de repos pour notre repas du soir. Car oui ça fait maintenant 12h que nous étions bloqués sur cet aire d’autoroute à la frontière de l’Espagne en espérant repartir as soon as possible !

bus ©CC
La seule photo que j’ai retrouvé de notre périple en bus

Un autre car était arrêté à côté du nôtre qu’on a surnommé « le car de Roumains » car c’était un car de touristes étrangers mais en vérité on ne savait pas du tout si c’était des Roumains. (Les préjugés quand on est ados…) Bref, on les trouvaient vraiment bizarres, ils nous faisaient presque peur. Pour l’anecdote, on utilisait forcément tous les toilettes de l’aire de repos et une fois, nous sommes allées aux toilettes et les touristes sont arrivés, ils ont éteint les lumières et tapé sur les portes. J’avoue avoir flippé. On commençait à se demander si on était pas dans un film d’horreur bloqué sur une aire d’autoroute avec seul un car de touristes bizarres depuis plusieurs heures… (ah l’imagination des adolescents !).

La nuit tombe et nous essayons de dormir tous un minimum dans le bus qui commence à sentir vraiment … fort ! Le lendemain matin nous partons essayez d’acheter un petit quelque chose dans l’aire d’autoroute mais le magasin était dévalisé ! Presque plus rien à manger, je n’avais jamais vu ça. Je me dis c’est plus possible il faut qu’on reparte ! Malheureusement le chauffeur n’a toujours pas l’autorisation de partir rouler sur les routes d’Espagne… Dans le bus ça commence à sentir vraiment mauvais entre les odeurs de bouffe, notre transpiration, les mêmes habits que l’on porte depuis deux jours… Des ados vraiment crados !

Aux alentours de midi, le chauffeur nous annonce que l’on peut repartir ! Alléluia ! J’ai cru qu’on allait passer tout notre séjour dans cet aire d’autoroute vers Perpignan. Après avoir passé 24 heures bloqués, le bus prend la route direction l’Espagne ! On passe la frontière, et les profs décident de nous arrêter dans une ville entre la frontière et Barcelone pour que l’on aille manger au restau ! Alors là on était tous ravis ! Jusqu’à ce qu’on se fasse accueillir par des Espagnols qui nous jettent des boules de neige sur les fenêtres du bus et nous font des doigts. Sympa l’accueil ici ! Bref, nous mangeons dans un restau ! Le meilleur repas depuis un bon moment. On apprécie vraiment mais après 2 heures dans le restaurant, nous repartons dans le bus pour terminer les quelques kilomètres qui nous séparent maintenant de Barcelone…

Il est presque 17h, il nous reste 10km pour enfin quitter ce bus ! Tout à coup, je ne me sens vraiment pas bien. J’étais barbouillée depuis la vieille (vu ce qu’on a mangé) et là je cours vers le devant du bus, à peine le temps d’attraper un sac plastique que tout mon repas du midi ressort… Vraiment j’étais au bout de ma vie. Je n’en peux plus de ce trajet ! Je passe la fin du trajet la tête dans un sac plastique. Le trajet touche (enfin) à sa fin lorsque l’on voit les familles d’accueil nous faire coucou avec de grands sourires. A peine les portes du bus ouvertes, que je sors la première et hop devant toutes les familles et tous les gens du bus qui me regardent par la fenêtre, je dégoupille encore.

famille ©Maux
La mère de notre famille d’accueil   ©Maux

Nous rejoignons donc toutes et tous nos familles d’accueil pour une nuit bien au chaud dans un lit (et une bonne douche) ! La suite du séjour fût beaucoup plus calme et surtout appréciable ! La famille d’accueil était super gentille. C’était la première fois que j’ai mis les pieds à Barcelone (mais loin de là la dernière) ! Je vous laisse avec les photos de la suite de mon voyage qui (vous le remarquerez) s’est beaucoup mieux passé !

Voilà donc comment j’ai passé 44 heures dans un bus. 

Et vous, avez-connu un épisode similaire ?

Sable ©Maux
©Maux

Si vous avez aimé lire ce petit épisode de voyage, n’hésitez pas à en faire part dans les commentaires.

Avec les quelques petites cata que j’ai connu en voyage (beaucoup lors du trajet en fait), je compte vous faire de nouveaux récits dans la série « Les aventures de Miss Catastrophe » à retrouver donc prochainement sur le blog !

Keep traveling & enjoy my blog!

 

xoxo

signature2

Commentaires

  1. Pingback: Sunshine Blogger Awards – Ctraveldiaries

  2. Pingback: Barcelone #1 – La vie barcelonaise – Ctraveldiaries

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *